La Louange

Publié le par Un membre du groupe le buisson ardent

 

LA LOUANGE

bullet II est vraiment juste et bon...
bullet Pourquoi cette nécessité de louer Dieu ?
bullet Comment louer lorsque survient l'épreuve ?
bullet Ce qui peut bloquer la louange
bullet Le chemin pour que la louange soit vraie

"II est vraiment juste et bon - c'est notre devoir et la source du salut - de Te bénir toujours et en tout lieu, Père saint! "

La prière de louange n'est pas une prière comme les autres, elle est celle pour laquelle nous sommes faits, la relation fondamentale de l'homme à Dieu..

Demande et intercession passeront, repentance passera, lorsque nous serons comblés, sauvés, pleinement purifiés dans le Royaume. Louange ne passera pas, ne passera jamais !

Sitôt la Pentecôte, l'effusion de l'Esprit sur les apôtres éveille la louange : « Nous les entendons chacun dans notre langue, publier les merveilles de Dieu » (Ac 2, 11).

La louange des apôtres s'exprime dans une jubilation surprenante : le vin doux. Ce n'est pas un rite, quelque chose d'artificiel ou de formel, c'est essentiellement le fruit de la jubilation de l'Esprit Saint en eux, comme en témoignent également Marie, Elisabeth et Jésus lui-même (Lc 10, 21) qui « tressaille de joie sous l'action de l'Esprit Saint » : « Je te bénis Père... »

Paul qui a vécu toutes sortes de tribulations (2 Co 11, 23 sv) exhorte les Thessaloniciens : « Priez sans cesse, en toute condition soyez dans l'action de grâce... » II insiste : « C'est la volonté de Dieu sur vous, dans le Christ Jésus ! » Et il ajoute aussitôt : « N'éteignez pas l'Esprit Saint »

Pourquoi cette impérieuse nécessité de louer notre Dieu ?

Marlin Carothers (La puissance de la louange) découvre et expérimente ce secret : la louange a le pouvoir de libérer la puissance de Dieu particulièrement dans les situations les plus difficiles, les plus angoissantes, les plus atroces. Souvenons-nous de ces jeunes Ananias, Azarias et Misaël louant le Seigneur dans la fournaise, cette fournaise dont les flammes s'élevaient à 49 coudées (15 m) et qui, s'étendant, brûla les Chaldéens qui se trouvaient autour.

Car la louange rend présent le Royaume, c'est-à-dire Dieu lui-même.

Lorsque Jésus se trouve confronté à la misère humaine, physique ou morale, il demande : « Crois-tu ? » Sans la foi de l'homme, Jésus ne peut agir.

Avec la louange, nous allons jusqu'au bout de notre foi : depuis la Résurrection de Jésus, le mal et la mort sont définitivement vaincus. Victoire réelle, même si elle est loin d'être manifestée partout... La souffrance de nos frères, que nous portons avec la nôtre, risque de nous faire perdre coeur, en nous amenant à oublier cette victoire du Ressuscité sur toutes les puissance de mal et de mort.

C'est pourquoi, pour fortifier notre foi et susciter notre louange, nous avons à relire les merveilles de Dieu, la manifestation de la puissance de sa grâce, de son salut, de sa miséricorde, qui redonne vie qui remet debout. Tous ces signes donnés dans l'histoire du peuple de Dieu, l'histoire De l'Église, l'histoire de ma famille, de ma communauté, dans ma propre histoire. Pour nous, croyants, fils d'Abraham, il n'y a pas de hasard : Dieu est avec nous.

Trop souvent, comme les 9 lépreux, nous oublions de rendre grâce. Lorsque nous avons obtenu ce que nous demandions, trop souvent nous oublions de glorifier le Donateur. Dieu, au long de la Bible, ne cesse de se plaindre de la propension à l'oubli, de l'ingratitude de son peuple !

Apprendre à relire ces signes de la tendresse de Dieu dans ma propre vie, au long de mon quotidien le plus banal ou le plus douloureux, voilà qui fait naître le réflexe de louange, qui ouvre mon coeur à Dieu et lui permet d'agir, a travers moi, avec puissance.

« Ouvre rues yeux, Seigneur... sur les merveilles que tu accomplis dans mi vie. »


Mais comment louer le Seigneur lorsque survient l'épreuve, la tempête, la déroute ?

Contemplons la Vierge Marie à l'Annonciation. Le message de l'ange Gabriel vient bouleverser toute son existence : relation avec Joseph, avec son entourage, avec son peuple, spectre de la lapidation, remise en question de sa virginité... C'est le plongeon dans l'inconnu, redoutable au plan strictement humain. Marie interroge, acquiesce dans un acte de foi

« Je suis la servante du Seigneur ».

Puis c'est le long voyage vers Ain Karem : 150 km à pied... la rencontre avec Élisabeth qui confirme, sous l'action de l'Esprit Saint, le message de l'ange. Alors seulement Marie exulte dans le Magnificat en relisant les merveilles de Dieu en elle et dans son peuple.

« II a jeté les yeux sur sa servante, il disperse les puissants, il élève les humbles, il comble de biens les affamés, il se souvient... »

Par la louange, je remets Dieu dans une situation concrète dont il se trouve exclu par notre péché d'homme: je remets l'amour de Dieu là où je l'ai enlevé par ma colère, ma révolte contre tel ou tel qui m'a dérangé, insulté ou même calomnié, qui a blessé ma sensibilité, mon affectivité ou pire encore, c'est-à-dire là où le péché d'autrui l'a enlevé.

« Je bénirai le Seigneur en tout temps... » (Ps 34)

Ce psaume se réfère à David, contraint par son beau-père Saül de fuit chez Akish, roi des Philistins, qui a parmi ses gardes le frère de ce Goliath que David vient de tuer. Les Philistins réclament vengeance, David simule la folie, Akish le relâche. Sauvé!

Merlin Carothers raconte que lorsque des personnes viennent lui confier leur détresse, il ne fait pas de discours mais: « Mettons-nous à genoux et remercions Dieu pour la situation dans laquelle vous vous trouvez ». Quand ces personnes acceptent de louer Dieu en croyant que Celui-ci les aime et qu'il va faire quelque chose de tout à fait merveilleux pour eux, eh bien quelque chose en effet se passe dans leur vie.

Car seul Jésus Sauveur est capable de manifester sa puissance dans un situation difficile ou désespérée, dans les dangers, dans la folie même. ET IL LE FAIT !

La louange authentique monte au coeur quia appris à passer le ravin des ténèbres et découvert que Dieu l'y a précédé.

Chaque jour inscrire dans un petit carnet, une merveille de Dieu pour moi.


Ce qui peut bloquer la louange en moi ou dans le groupe

bullet Un vieux fond de révolte, de colère ou de rancoeur contre Dieu. Demander la grâce de réconciliation avec notre Père du ciel.
bullet La conscience d'être pécheur, mais aussi la conscience aiguë d'être créature, de dépendre
bullet Le pardon non demandé, non donné.
bullet Les tensions, les manquements à la communion fraternelle, les « jalousies spirituelles ».
bullet La «lassitude d'âme » ou la déprime (les Hébreux dans le désert).
bullet La prière de l'Église, la prière du groupe me décentre de moimême et me tourne vers Dieu.
bullet Le regard permanent que nous portons sur nous-mêmes pour évaluer notre prière. Prisonniers de nous-mêmes, nous entravons la liberté de l'Esprit.

Le chemin à parcourir, à gravir pour que la louange soit vraie

bullet Avec un coeur de pauvre,  "d'anawim" « Heureux les pauvres » 
Pauvreté qui naît de la souffrance physique ou morale de la conscience de mon impuissance devant la souffrance d'autrui de la conscience de mon néant ; dans ma pauvreté, le Seigneur me comble de son amour.
bullet Avec la certitude que Dieu est Père de tous les hommes, que Jésus nous est donné, que son amour a le dernier mot. Son Amour triomphe.
La louange fait grandir notre foi car Jésus nous dit « Je suis avec vous, je vous donne mon Esprit pour vivre cela, ma Parole pour qu'elle soit votre lumière. »

Avec Marie, redire 

Tu m'as fait miséricorde
C'est dans ma pauvreté que tu es venu vers moi
C'est dans ma pauvreté que tu m'aimes
C'est dans ma pauvreté que tu me combles.

Relire cet amour miséricordieux dans ma vie chaque four pour chanter les louanges de notre Dieu, ce Dieu-avec- nous, de touiours à touiours.

Publié dans Assemblée de prière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article