Le Père Tardif

Publié le par lumpungu

Qui était

EMILIANO TARDIF ?

 

Emiliano nous a quittés. Nous ne l’entendrons plus dire " les petites brebis du Seigneur ". Je me souviens de lui lorsque je l’ai rencontré à Montréal pour la première fois. Dans le stade Olympique 70 000 personnes étaient réunies pour ce rassemblement charismatique en 1979. Il y avait là Don Helder Camara, le courageux petit évêque brésilien, qui allait publier peu de temps après, avec le cardinal Suenens, " Renouveau et engagement ". Le lendemain un quotidien de Montréal titrait sur toute la page " Jésus roi du stade ". A la sortie je réussissais
à rejoindre celui qui avait prié pour les malades, ce Père Tardif dont nous avions parlé dans " Il est Vivant " deux ans auparavant. Nous sommes allés dans un bistrot boire un " seven up " et je lui ai posé mes questions.

" Emiliano "s’appelait en réalité " Emilien ", il parlait français à la façon du Québec natal, avec cette saveur de " la Belle Province " devenue depuis familière aux charismatiques du monde entier. Chaleur, bon sens, audace tranquille dans la foi, liberté par rapport aux critiques et aux soupçons des " spécialistes " des choses religieuses, celui qui devait faire vingt fois le tour du monde pour l’évangélisation – dont une fois sans valise – avait toutes les qualités des francophones du Nouveau Monde . Et , en plus, les charismes que Dieu lui donnait.

Il n’avait pas toujours été celui que nous avons connu , l’évangélisateur charismatique qui déplaçait les foules au Liban, au Zaïre, au Mexique, l’animateur de messes et de prières de guérison, le prédicateur de retraites de prêtres et celui qui à Saint Domingue, dans les paroisses dont il était chargé multipliait les groupes de prière ruraux les catéchèses et les enseignements. Dans les années 70, Provincial de sa Congrégation, il disait " ce n’est pas tant de prières qu’a besoin l’Amérique Latine, mais d’engagement ".

En 1973, à Saint Domingue, il était atteint par une tuberculose aigüe et rapatrié en urgence sanitaire au Canada . " Entre les premiers examens et la mise au point du traitement, des amis sont venus me voir. Ils m’ont demandé si je croyais que Jésus pouvait guérir les malades. J’étais d’accord pour le temps où Jésus était en Palestine , et pour le principe, mais complètement affolé quand ils m’ont déclaré qu’ils allaient immédiatement prier avec l’aide de l’Esprit Saint pour ma guérison. Je leur ai demandé de fermer la porte, mais heureusement l’Esprit Saint avait eu le temps d’entrer. J’ai été guéri au bout de trois ou quatre jours, et les médecins n’y comprenaient plus rien. "

Après avoir demandé à ses supérieurs de consacrer à l’étude du Renouveau Charismatique une partie du temps qu’aurait nécessité son traitement, " Padre Emiliano " comme l’appellent les Latino-Américains retourne à Saint Domingue. On l’envoie dans une bourgade de l’intérieur appelée Pimentel ou il commence un groupe de prières. On lui demande de prier pour les malades, ce qu’il ne peut vraiment refuser après ce qui lui est arrivé. Le problème c’est qu’il y a des guérisons… En cinq semaines le groupe de prières passe de 200 à 40.000 personnes. C’était le début d’une aventure qui allait conduire Emiliano à annoncer l’Evangile jusqu’aux extrémités de la terre.

En 1979, après le Rassemblement de Montréal Pierre Goursat invita le Père Tardif au Pèlerinage International Charismatique de Lourdes . Après cette première visite en France, Emiliano y sera invité de nombreuses fois, en particulier à Paray le Monial où il vint jusqu’à 25.000 personnes. Le P. Tardif aimait travailler avec la Communauté de l’Emmanuel, et en général avec des Communautés, afin de maintenir la prière de guérison dans une dimension d’évangélisation, de paix et de rencontre de l’amour de Dieu. En 1980 il était au Cameroun avec une petite équipe de la Cté Emmanuel où figurait Danielle Proux. Il était invité par l’Evêque de Sangmelima pour le 90eme anniversaire de l’évangélisation du diocèse. A la suite d’une erreur sur la nécessité pour les Canadiens d’avoir un visa, Emiliano fut retenu toute une nuit à l’aéroport. Finalement les fonctionnaires lui facilitèrent avec bienveillance l’entrée dans le pays. Le P Tardif, par la suite, aimait remarquer que parmi les personnes guéries à Sangmelima et à Yaoundé , il y avait spécialement des fonctionnaires et la femme de préfet… On ne sait pas qui manifesta sa reconnaissance au Seigneur en offrant une défense d’éléphant, mais il est vrai que toute une allégresse populaire accueillait les merveilles de Dieu, nous en avons été témoin. L’archevêque de Douala nous confiait : " En lisant l’Evangile, je me disais " mais pourquoi Jésus ne ferait pas ici au Cameroun ce qu’il a fait autrefois en Palestine ? " Et c’est ce que je vois aujourd’hui. " On était loin du néo-jansénisme intellectuel hypercritique qui régnait alors dans des facultés de Théologie, et qui interdisait à Dieu de manifester amour et bienveillance.

Pour le Père Tardif, les guérisons étaient un don d’amour du Seigneur pour les personnes et pour l’évangélisation. " Malades, disait-il, vous avez raison de demander au Seigneur d’être guéris, il ne faut pas avoir peur de l’amour de Jésus, de l’abondance de son amour ". Et il ajoutait : " c’est vrai, " tous les malades ne sont pas guéris. Pourquoi Jésus n’a-t-il pas guéri tous les " malades qu’il a rencontrés sur son chemin ? C’est là un mystère de son " amour , si Jésus ne guérit pas, c’est qu’il a un autre plan pour nous, plus " merveilleux encore : unir notre souffrance physique à sa souffrance " rédemptrice. Et dans ce cas, d’autres frères bénéficient des fruits de notre " maladie, vécue dans la sérénité et dans la joie. C’est ainsi que dans mon " ancienne paroisse de Nagua, une mère de sept enfants souffrait d’un cancer. " Nous avions beaucoup prié pour sa guérison. Mais le Seigneur ne l’a pas " guérie : il est venu la chercher. Au même moment, une jeune prostituée de 21 " ans a été guérie d’un cancer au ventre. " Cette jeune femme n’avait pas osé, par honte, se mêler à la foule qui priait sur un grand terrain voisin de l’Eglise. Elle s’était cachée derrière une palissade de planches pour suivre l’assemblée de prière ; c’est là, derrière les planches qu’elle a été guérie.

" Le corps, le Seigneur le guérit parfois pour la vie terrestre, mais l’âme, disait Emiliano Tardif, il la guérit pour la vie éternelle ". Il avait 71 ans. C’est à Cordoba, en Argentine, où il animait une retraite pour les prêtres, qu’est mort, le 8 juin 1999 le P. Tardif. En apprenant qu’il était parti vers Dieu, je me suis rappelé sa répartie au cours d’une conférence de presse sur la péniche le Mont Thabor, en 1979 : Les journalistes sceptiques et critiques lui disaient " mais comment se fait il que tout le monde ne soit pas guéri ? ". Et Emiliano de répondre " moi aussi je me pose cette question , et ce sera la première question que je poserai en arrivant là haut ! "

Publié dans Témoignage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article