Marie Mère de Dieu

Publié le par Frédéric Manns

JÉRUSALEM, MÈRE DE DIEU

Frédéric Manns

Dans le dialogue inter religieux Marie tient peu de place, il faut l’avouer. Si les musulmans respectent la mère d’Issa, il n’en est pas toujours ainsi de la part des Juifs. Curieusement, la communauté judéo-chrétienne de Jérusalem, par souci de respect des frères aînés, répète qu’il est impossible de traduire en hébreu l’expression Marie, mère de Dieu, sans provoquer leur indignation. Pour ne choquer personne elle propose de traduire ’em immanouel ou ’em Yeshouah Eloheynou. Le concile d’Ephèse, qui a donné à Marie le titre de Theotokos, a connu les mêmes difficultés et les mêmes réticences. Les objections ne manquaient pas de la part de Nestorius. Malgré tout, l’Eglise a affirmé que Marie est la Theotokos ou la Dei Genitrix.

C’est un fait que l’inculturation du message chrétien s’est faite dans le monde hellénistique. Mais, puisqu’il est impossible de réécrire l’histoire à rebours, une réflexion préliminaire doit rappeler la signification de l’expression : Marie, mère de Dieu. Le catéchisme de l’Eglise universelle au paragraphe 466 s’exprime ainsi : « Le Verbe en s’unissant dans sa personne une chair animée par une âme rationnelle est devenu homme. L’humanité de Jésus n’a d’autre sujet que la personne divine du Fils de Dieu qui l’a assumée et faite sienne dès sa conception. Pour cela le concile d’Ephèse a proclamé en 431 que Marie est devenue en toute vérité Mère de Dieu par la conception humaine du Fils de Dieu dans son sein : Mère de Dieu non pas parce que le Verbe de Dieu a tiré d’elle sa nature divine, mais parce que c’est d’elle qu’il tient le corps sacré doté d’une âme rationnelle uni auquel en sa personne le Verbe est dit naître selon la chair ». Plus loin, au paragraphe 495, le catéchisme continue: « Marie appelée dans les Evangiles mère de Jésus est appelée aussi sous l’inspiration de l’Esprit la Mère de mon Seigneur (Lc1,43). De fait, celui que Marie a conçu comme homme par l’action de l’Esprit et qui est devenu son Fils selon la chair est le Fils éternel du Père, la seconde personne de la Trinité. L’Eglise confesse que Marie est la Theotokos ».

La traduction hébraïque de Lc 1,43 : ’em ’adony pourrait servir de modèle à une version moderne de l’expression Marie, mère de Dieu. La version syriaque de l’Evangile de Luc avait traduit : ’emeh de mary, Mar étant le titre réservé à Dieu.

L’expression Marie “mère de Dieu” ne devrait pas choquer les frères aînés, parce que ce titre est attribué à Jérusalem. Du fait que la ville contient la présence symbolique de Dieu, elle est appelée Mère de Dieu. C’est ce qui ressort du targum du cantique des cantiques III,11 “Sortez, filles de Sion, voyez le roi Salomon avec le diadème dont sa mère l’a couronné, le jour de ses noces, le jour de la joie de son coeur”.

“Quand le roi Salomon vint pour célébrer la dédicace du sanctuaire, un héraut cria à haute voix et dit ainsi : Sortez, habitants des districts de la terre d’Israël et peuple de Sion. Et regardez le roi Salomon avec le diadème et la couronne dont le peuple de la maison d’Israël le couronna au jour de la dédicace du Temple . Et réjouissez-vous pour la fête des Tentes pendant quatorze jours .”.

Dans ce commentare les filles de Sion sont les habitants de la terre d’Israël et le peuple de Jérusalem. Le Roi Salomon est Dieu. Le nom Salomon indique directement Dieu dans tout le targum. La mère du Roi est le peuple de la maison d’Israël. La couronne que le peuple a posée sur Dieu est le Temple.

Israël est mère de Dieu en tant qu’elle contient la présence de Dieu au temple. Le midrash Sifra Lev 9,221 applique la même interprétation à la tente du témoignage du désert après la théophanie du Sinaï. La présence de Dieu au milieu de son peuple fait de ce dernier la mère de Dieu.

L’expression « Marie mère de Dieu » en fait ne choque pas plus les frères aînés juifs que l’affirmation de l’Incarnation de Dieu. Ce mystère est refusé également au nom de la transcendance de Dieu. Est-ce à dire que les chrétiens ont renoncé au monothéisme strict pour retourner à la mythologie grecque ? L’accusation est fréquente même dans les milieux ouverts au dialogue inter religieux.

La foi au Christ dans la théologie chrétienne se remplit en Marie, mère de Dieu selon l’humanité, d’une lumière nouvelle : paradoxalement Marie ne cesse de dévoiler le visage humain de Dieu. Serge Boulgakov affirme que le secret que Marie dévoile est celui de la maternité de Dieu. L’amour de Dieu a un visage féminin, de nombreux théologiens l’ont rappelé récemment.

Marie révèle encore un autre secret : celui de l’Eglise : « Il n’y a qu’une seule Vierge Mère et il me plaît de l’appeler l’Eglise », écrivait Clément d’Alexandrie. « La Mère de Dieu c’est l’Eglise qui prie », affirme de son côté Serge Boulgakov. Il existe donc un lien étroit et profond entre la présence de Marie et l’action de l’Eglise, entre la purification de l’âme en Marie et celle en Eglise. L’auteur de cette purification est l’Esprit de Dieu. Marie et l’Eglise sont les deux manifestations visibles de Celui qui reste invisible. L’Esprit est la Vierge et la Vierge est l’Eglise, selon l’affirmation de Saint Ambroise. Les icônes de Marie aux titres si variés ne font rien d’autre que de souligner les aspects différents de l’Eglise, vierge et mère. Marie est également à l’origine de la mémoire de l’Eglise. Elle méditait tous les souvenirs de l’Eglise des origines dans son cœur. Elle est l’archétype et la personnification de l’Eglise, corps du Christ et Temple de l’Esprit.

Enfin, Marie, accueillant Dieu en elle lors de l’annonciation, montre que la nature humaine peut être complètement transfigurée par Dieu. Elle est l’image de l’âme fécondée par l’Esprit qui engendre le Seigneur. La Pentecôte, où Marie est présente comme mère de l’Eglise, n’est autre que la mission de l’Eglise visant à humaniser l’humanité tentée par l’animalité.

Curieusement Marie de Nazareth, chantée par le monde entier et peinte par d’innombrables artistes, n’a pas de place dans l’encyclopédie Judaica. Une omission curieuse pour le moins pour la femme juive la plus célèbre dans le monde entier.

« Les grands mystiques et les grands athées se rencontrent », disait Dostoïevski. C’est qu’il nous parlent d’un Dieu plus grand que notre cœur, que nos représentations mentales et que nos recherches spirituelles. Ce Dieu se révèle Autre et, pour qu’il vive, nos représentations confortables de Dieu et de Marie, doivent disparaître.

 

Publié dans Marie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nash 01/07/2010 01:04



Jésus a-t-il eu des frères et des sœurs ? Beaucoup de catholiques vous diront que non, parce que la plupart de ceux-là ne lisent pas la
Parole de DIEU, pourtant, lorsque vous êtes un lecteur (même novice) de la parole de DIEU, il est évident que Marie a eu d'autres enfants en dehors de Jésus:



Jésus a un "frère" qui s'appelle Jacques. (Marc 6:2-3; Marc 15:40; Marc 16:1)


Paul le confirme dans Galates 1:19. Si frère a le sens de disciple ou frère en Christ,
Paul aurait simplement dit "Jacques notre frère" !


Dans Jean 7:3 et Actes 1:13-14, on
fait une parfaite distinction entre "frères" et "disciples", il n'est donc plus question d'attribuer une autre signification au mot frère, car frère ici c'est frère de sang…


Il ne s'agit pas de l'autre Jacques, puisque celui-ci se fait tuer beaucoup plus tôt avant que Paul ne voie Jacques, frère du
Seigneur(Actes 12:2).


Joseph n'a pas eu de rapports avec Marie avant la naissance de Jésus certainement, mais il en a eu après! (Matthieu 1:25).


Jésus est le "premier-né"! oui! Le premier né d'une famille de plusieurs enfants (Luc
2:7).



Prenez plutôt le temps de lire et d'examiner ces versets et tous ces épitres, il en ressortira tout de suite une vérité évidente: La vierge
Marie que les cathos prient n'est pas la mère de Jésus!!!!! Et même si elle le fût, ceci est une interdiction proclamée par DIEU en Deutéronome
18:10-11, celle qui consiste à invoquer les morts !


Je sais que je passerai pour un fou aux yeux des Cathos, mais je sais aussi que le vrai AMOUR se trouve dans la VERITE! Si je continue de vous
cacher une vérité, je ne mérite même pas de prononcer le nom de Jésus. Il est important que chacun de nous tire la PLEINE PUISSANCE de l'AMOUR de DIEU ! Et cela ne peut être exaucé que si
chacun demeure en lui et que ses parole demeure en nous (Jean 15 :7)


Que DIEU vous bénisse!



Christian 01/06/2010 23:27



Il n'y a que deux choses à dire sur Marie`:


1) Elle est la mère de Jésus.


2) Elle est bénie entre toutes les femmes.



DIASSOUKA Hippolyte 19/05/2010 14:18



Marie, mère de Jésus dont nous parle la bible n'a pas besoin de titres ou de gloire. Celui qui croit que Marie est la mère de Jésus et celui qui croit que Marie est la Mère de Dieu n'ont pas le
même Esprit. On entend souvent dire: nous n'adorons pas Marie, Marie n'est pas une divinité ... Dès lors qu'on érige des statues de Marie devant lesquelles on se prosterne et on parle, n'est-ce
pas de l'idôlatrie? Les bouddhistes font la même chose. Dieu est clair à ce sujet '' Vous ne vous ferez point d'idoles, vous ne vous élèverez ni image taillée ni statue, ... pour vous
prosterner devant elle; car je suis l'Eternel, votre Dieu.'' Lév 26: 1. Marie est devenue l'égale de Dieu; il y a même un culte marial alors que le culte ne revient qu'à Dieu seul. Certains
catholiques m'ont dit qu'ils préfèrent se confier à Marie qu'à Jésus. Marie est glorifée et adorée à travers les chants, les statues, les images; cela on le voit dans les paroisses. Ne
pas le reconnaître, c'est être fanatique, c'est avoir les yeux bandés. On lui attribue même le titre de Sauveur par une soi-disant vision de deux échelles blanche et noire pour
entrer au ciel. Dieu a voulu que Jésus naisse d'une femme pour montrer que Jésus devrait s'abaisser jusqu'à devenir un simple homme. Philippiens 2:5-8 . Jésus aurait pu venir directement du
ciel sur terre sans passer par le ventre d'une femme. Ainsi, toute la gloire lui revient parce qu'il s'est fait inférieur aux anges pour nous sauver. Et Marie de la bible le savait fort bien que
la gloire ne revient qu'à Dieu seul, autant que la louange et l'adoration. Esaie 42: 8  Au lieu d'être fabricateurs d'idoles (Esaie 44: 9-20), il faut plutôt remercier Dieu pour son
plan d'amour pour les hommes qui nous donne le salut par Jésus-Christ. L'ivrogne n'accepte jamais qu'il est ivre.N'ajoutons rien à la la Parole de Dieu, ne retranchons rien non plus. Apoc 22: 18


 



Amanzulé 09/05/2010 01:52



"Je suis la servante du Seigneur"... Appelez la comme vous voulez, vous ne pouvez lui enlever ce que Dieu lui a donné... LE porter pendant neuf mois... LUI permettre de se faire l'un d'entre
nous... Marie a veillé à l'incarnation du Verbe de Dieu. Elle était là quand il a ouvert ses yeux d'homme sur notre terre... Elle était là quand il a fermé ses yeux. Elle a participé
pleinement, de manière privilégiée à l'INCARNATION qui identifie Dieu à nous, à l'être humain de telle sorte que désormais l'homme, par ce choix de Dieu est de la même "race" que Christ et est
habileté, depuis la croix et la résurection, à vivre par Christ et avec Christ. Cette femme silencieuse mérite notre admiration et notre reconnaissance... Tous les titres qu'on lui donne, ne
valent plus que celui qu'elle se donne elle même : " Je suis la servante du Seigneur"... OUI à cause de cela tu es plus que toutes les reines de la terre, toi qui porta notre Seigneur et Dieu...
le maître du Ciel et de la Terre. Accepte que l'on t'honnore... Nous ne t'avons jamais considérer comme une déesse... Mais comme mère accepte nous comme fils, comme tu as accepté comme
fils Jean au pied de la croix.


Dire que Marie est mère de Dieu est seulement une expression pour nos langues imparfaite de dire que le Verbe n'a jamais cessé dêtre Dieu... Dieu est aussi au côté des plus faibles...
des plus petits (des enfants)... des pauvres... Il se fait comme il s'est fait l'un d'entre eux... Et il n'a jamais cessé d'être le maître de l'univers... le véritable ROI.


Soyez en Paix!


 



DIASSOUKA Hippolyte 16/04/2010 11:00



Je suis catholique depuis ma naissance. Marie n'est pas la mère de Dieu mais a donné naissance au Fils de Dieu. Dieu n'a pas de mère. Pourquoi l'Eglise catholique s'appuie t-elle sur les dogmes?
La Parole de Dieu est claire au sujet de Marie; des titres lui sont donnés: la Vierge, la bienheureuse, la comblée. Ce qu'on ajoute ( mère de Dieu, reine du ciel, immaculée conception,
co-rédemptrice, la mère des cas impossibles, la mère du Créateur ...) est contraire à la Parole de Dieu et relève du diable. A titre d'exemple, dans la bible la reine du ciel est une divinité que
les Juifs adoraient en Egypte. Cf Jérémie 44. Et Dieu condamne cela; c'est de l'idolâtrie. Ce n'est pas étonnant que nous soyons critiqués au sujet de Marie parce que l'Eglise en a fait une
divinité.