Quelques textes de l'Eglise sur le Renouveau

Publié le par lumpungu

1951: Le cardinal Ch. JOURNET, "L'Église du Verbe Incarné", Desclée de Brouwer, 11, pages 505-506.

L'Esprit Saint viendra au secours de son Église par des voies exceptionnelles. Aux moments décisifs de son histoire, il lui enverra des renforts inespérés. Il suscitera en elle des miracles de force, de lumière, de pureté: dans la hiérarchie, ou dans le peuple fidèle, des hommes et des femmes se lèveront ( ... ). Ils auront, pour annoncer leur message, tant de netteté dans le cœur ( ... ), que le monde, secoué de sa léthargie, croira ré-entendre les apôtres. Ils feront des miracles, ils discerneront les esprits, ils parleront en langues. Ils seront les vrais prophètes. Ils prophétiseront ( ... ) pour éclairer, à la lumière de la Révélation, le mouvement de leur époque et les besoins de l'humanité. En eux reparaîtront, sous une forme adaptée aux conditions nouvelles de la vie de l'Église, les grâces charismatiques qui, au témoignage de l'Écriture, furent élargies aux premiers chrétiens (1 Co 12, 7-11).

 

 

Ces venues de l'Esprit dans l'Église, ces visites, pourront se borner parfois à des secours miraculeux. Mais, le plus souvent, les manifestations charismatiques de l'Esprit Saint ne seront elles-mêmes que le signe extérieur, le contre-coup sensible d'une effusion surnaturelle, incomparablement plus précieuse encore, de grâce et de sainteté.

1963-1965:  Constitution sur l'Église

 

 

§ 4: L’Esprit Saint édifie et dirige l'Église par des dons variés, tant hiérarchiques que charismatiques (...).
§ 12: L'Esprit Saint, non seulement sanctifie le peuple de Dieu, le conduit et l'orne de vertus au moyen des sacrements et des ministères, mais aussi en distribuant à chacun ses dons comme Il lui plaît. Il dispense également parmi les fidèles de tout ordre des grâces spéciales qui les habilitent à assumer des activités et des services divers, utiles au renouveau et à l'expansion de l'Église, suivant ces paroles: "à chacun, la manifestation de l'Esprit est donnée en vue du bien commun". Ces charismes, qu'ils soient extraordinaires ou plus simples et plus répandus, sont ordonnés et adaptés d'abord aux besoins de l'Église: ils doivent donc être accueillis avec gratitude et joie spirituelle.

 

 

Décret sur l'apostolat des laïcs

 

§ 3: Pour l'exercice de l'apostolat, le Saint Esprit, qui sanctifie le peuple de Dieu par les sacrements et les ministères, accorde en outre aux fidèles des dons particuliers, pour que tous et chacun, selon le charisme reçu, se mettent au service des autres, et soient eux-mêmes comme de bons intendants de la grâce multiforme de Dieu, en vue de l'édification du corps tout entier dans l'amour. La réception de ces charismes, même les plus simples, entraîne pour chaque croyant le droit et le devoir d'exercer ces charismes dans l'Église et dans le monde, pour le bien des hommes et l'édification de l'Église, dans la liberté de l'Esprit Saint, en communion avec ses frères dans le Christ et très particulièrement avec ses pasteurs.

 

 

1975: PAUL VI: Discours au congrès du Renouveau Charismatique Catholique.  (Doc. Cath. 1975, n°1678, col. 562-563)

 

 

L'Église et le monde ont besoin plus que jamais que le prodige de la Pentecôte se poursuive dans l'histoire. En effet, grisé par ses conquêtes, l'homme moderne a fini par s'imaginer que, selon les expressions du dernier Concile, il est à lui-même sa propre fin, le seul artisan et démiurge de sa propre histoire. Hélas ! Chez combien de ceux-là mêmes qui continuent, par tradition, à professer son existence, et, par devoir, à lui rendre un culte, Dieu n'est-il pas devenu un étranger dans leur vie ? Rien n'est plus nécessaire à un tel monde, de plus en plus sécularisé, que le témoignage de ce « renouveau spirituel » que nous voyons le Saint-Esprit susciter aujourd'hui dans les régions et les milieux les plus divers.
Les manifestations en sont variées: communion profonde des âmes, contact intime avec Dieu dans la fidélité aux engagements pris lors du baptême, dans une prière souvent communautaire où chacun, s'exprimant librement, aide, soutient, nourrit la prière des autres, et, à la base de tout, une conviction personnelle, qui n'a pas sa source uniquement dans un enseignement reçu par la foi, mais aussi dans une certaine expérience vécue, à savoir que, sans Dieu, l'homme ne peut rien, qu'avec lui, par contre, tout devient possible: d'où ce besoin de le louer, de le remercier, de célébrer les merveilles qu'il opère partout autour de nous et en nous. L'existence humaine retrouve sa relation à Dieu, ce qu'on appelle la « dimension verticale » sans laquelle l'homme est irrémédiablement mutilé.
Non certes que cette recherche de Dieu apparaisse comme une volonté de conquête ou de possession; elle veut être pur accueil de Celui qui nous aime et librement se donne à nous, désirant, parce qu'il nous aime, nous communiquer une vie que nous avons à recevoir gratuitement de lui, mais non pas sans humble fidélité de notre part. Et cette fidélité doit savoir unir l'action à la foi, selon l'enseignement de Jacques: « De même que le Corps sans âme est mort, la foi sans les oeuvres est morte » (Jc 2,26). Comment alors, ce « renouveau spirituel ». ne pourrait-il pas être une chance pour l'Église et pour le monde ?

 

 

1981: JEAN-PAUL II: Discours aux représentants du Renouveau Charismatique Catholique. (Doc. Cath. 1981, n°1810, col. 569)

 

 

Le pape Paul VI a décrit le mouvement du renouveau dans l'Esprit comme « une chance pour l'Église et pour le monde ». Et les six années qui se sont écoulées depuis ce congrès ont justifié l'espoir Inspiré par cette vision. L'Église a vu les fruits de votre attachement à la prière dans un engagement approfondi pour la sainteté de la vie et l'amour pour la Parole de Dieu.

 

 

1983: JEAN-PAUL II: Discours aux évêques français de la région Midi.  (Doc. Cath. 1983, n° l844, col. 73)

 

 

J'en viens à un aspect complémentaire: la forte recherche spirituelle qui se fait chez nombre de chrétiens. Je parle plus explicitement du renouveau spirituel ( ... ). Si tout cela demande accompagnement et vigilance, c'est avant tout une grâce qui vient à point pour sanctifier l'Église. Nous ne devons pas en être surpris ( ... ). C'est l'Esprit qui aujourd'hui travaille l'Église par ces courants spirituels dont nous découvrons l'existence avec reconnaissance. A travers ces courants, se manifeste un goût renouvelé pour la prière, une prière qui est à la fois personnelle et communautaire, louange et intercession, qui se veut contemplation et source d'évangélisation. Oui, l'Esprit est à l'œuvre dans ces manifestations, pourvu qu'elles soient fondées sur la Parole de Dieu, alimentées aux sources sacramentelles, enracinées dans l'Église.

 

 

1987: JEAN-PAUL Il: Discours aux évêques français de la région Nord.  (Doc. Cath. 1987, n° 1935, col. 235)

 

 

Aujourd'hui il y a une autre chance: celle des groupes de prière qui se sont multipliés, dans l'Église catholique comme en d'autres communautés ecclésiales, et cela spontanément, d'une façon imprévue. La prière peut s'y dérouler de façon classique; elle peut aussi chercher le soutien de manifestations plus exubérantes. Plus d'un pasteur a accueilli ce mouvement avec circonspection. Et, de fait, il faut toujours veiller à ce qu'une authentique doctrine inspire ce type de recours à la prière, à ce que la qualité ecclésiale, en relation avec les ministres des sacrements, soit bien respectée, à ce que les tâches de charité et de justice ne soient pas désertées.
Par ailleurs, le dynamisme et la générosité de ces groupes ne devraient pas empêcher les autres initiatives dans l'animation des communautés paroissiales.
Mais, avec le discernement qui convient, on peut parler d'une grâce venue à point pour sanctifier l'Église, y renouveler le goût de la prière, faire redécouvrir, avec l'Esprit Saint, le sens de la gratuité, de la louange joyeuse, de la confiance dans l'intercession, et devenir une nouvelle source d'évangélisation.

 

Publié dans Assemblée de prière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article